Sensational, dramatic, jam-packed with wealthy pleasure and jam-packed with the sweep and violence of human passions, LES MISERABLES is not just fantastic experience yet a robust social record. the tale of the way the convict Jean-Valjean struggled to flee his prior and reaffirm his humanity, in a global brutalized by means of poverty and lack of know-how, turned the gospel of the negative and the oppressed.

Show description

Quick preview of Les Misérables PDF

Similar Literature books

The Roman Tales (Library of Lost Books)

A modern selection of tales via one in all France’s best writers. respected via key literary figures together with as Balzac and Mérimée, Stendhal is healthier identified for his novels, yet his shorter works have been simply as robust. during this fresh translation, Susan Ashe brings his maximum Italian tales to the trendy reader, while staying real to Stendhal’s type and brilliance.

Natural Flights of the Human Mind: A Novel

Peter Straker lives in a switched over lighthouse at the Devon coast with an excellent view of the ocean, cats, and no friends. that is simply the way in which he likes it. He speaks to nobody other than in his desires, the place he converses with many of the seventy-eight humans he believes he killed approximately a quarter-century previous -- notwithstanding he cannot fairly take into account the way it occurred.

The Birth House: A Novel (P.S.)

An arresting portrait of the struggles that ladies confronted for regulate in their personal our bodies, The start home is the tale of Dora Rare—the first daughter in 5 generations of Rares. As apprentice to the outspoken Acadian midwife omit Babineau, Dora learns to help the ladies of an remoted Nova Scotian village via infertility, tricky labors, breech births, undesirable pregnancies, and unfulfilling intercourse lives.

The 13th Apostle

3 SOULS. THOUSAND YEARS. ONE fact. a world conspiracy mystery for the thousands of enthusiasts of The Da Vinci Code who have been left thirsting for extra. .. only one guy can crack the code to the most important secret the area has ever known-if he survives. .. 36AD: Micah - Jesus' pal, depended on confidant, and the thirteenth Apostle - inscribes a message, upon which mankind's destiny might at some point be decided.

Additional info for Les Misérables

Show sample text content

C'était l'éloignement contraint au rapprochement. Ce n'était pas un chagrin, non, c'était une corvée. Marius, outre ses motifs d'antipathie politique, était convaincu que son père, le sabreur1, comme l'appelait M. Gillenormand dans ses jours de douceur, ne l'aimait pas ; cela était évident, puisqu'il l'avait abandonné ainsi et laissé à d'autres. Ne se sentant element aimé, il n'aimait aspect. Rien de plus basic, se disait-il. Il fut si stupéfait qu'il ne questionna pas M. Gillenormand. Le grand-père reprit : � Il paraît qu'il est malade. Il te demande. » Et après un silence il ajouta : � Pars demain matin. Je crois qu'il y a cour des Fontaines une voiture qui half à six heures et qui arrive le soir. Prends-la. Il dit que c'est pressé. » Puis il froissa l. a. lettre et l. a. mit dans sa poche. Marius aurait pu partir le soir même et être près de son père le lendemain matin. Une diligence de l. a. rue du Bouloy faisait à cette époque le voyage de Rouen l. a. nuit et passait par Vernon. Ni M. Gillenormand ni Marius ne songèrent à s'informer. Le lendemain à l. a. brune2, Marius arrivait à Vernon. Les chandelles commençaient à s'allumer. Il demanda au most excellent passant venu : l. a. maison de M. Pontmercy. automobile dans sa pensée il était de l'avis de l. a. Restauration, et, lui non plus, ne reconnaissait son père ni baron ni colonel. On lui indiqua le logis. Il sonna, une femme vint lui ouvrir, une petite lampe à los angeles major. � M. Pontmercy ? » dit Marius. l. a. femme resta motionless. � Est-ce ici ? » demanda Marius. l. a. femme healthy de l. a. tête un signe affirmatif. � Pourrais-je lui parler ? » l. a. femme healthy un signe négatif. � Mais je suis son fils ! reprit Marius. Il m'attend. – Il ne vous attend plus », dit l. a. femme. Alors il s'aperçut qu'elle pleurait. Elle lui désigna du doigt l. a. porte d'une salle basse ; il entra. Dans cette salle qu'éclairait une chandelle de suif posée sur l. a. cheminée, il y avait trois hommes, un qui était debout, un qui était à genoux, et un qui était à terre en chemise sofaé tout de son lengthy sur le carreau. Celui qui était à terre était le colonel. Les deux autres étaient un médecin et un prêtre qui priait. Le colonel était depuis trois jours atteint d'une fièvre cérébrale. Au début de l. a. maladie, ayant un mauvais pressentiment, il avait écrit à M. Gillenormand pour demander son fils. los angeles maladie avait empiré. Le soir même de l'arrivée de Marius à Vernon, le colonel avait european un accès de délire ; il s'était levé de son lit malgré los angeles servante, en criant : � Mon fils n'arrive pas ! je vais au-devant de lui ! » Puis il était sorti de sa chambre et était tombé sur le carreau de l'antichambre. Il venait d'expirer. On avait appelé le médecin et le curé. Le médecin était arrivé trop tard, le curé était arrivé trop tard. Le fils aussi était arrivé trop tard. À los angeles clarté crépusculaire de l. a. chandelle, on distinguait sur los angeles joue du colonel gisant et pâle une grosse larme qui avait coulé de son œil mort. L'œil était éteint, mais los angeles larme n'était pas séchée. Cette larme, c'était le retard de son fils. Marius considéra cet homme qu'il voyait pour l. a. première fois, et pour los angeles dernière, ce visage vénérable et mâle, ces yeux ouverts qui ne regardaient pas, ces cheveux blancs, ces membres robustes sur lesquels on distinguait çà et là des lignes brunes qui étaient des coups de sabre et des espèces d'étoiles rouges qui étaient des trous de balles.

Download PDF sample

Rated 4.67 of 5 – based on 11 votes